05/03/2008

 

t.t.

 

Eh bien, eh bien !

Je vois que les Aristochats en réveillent plus d'un ! 

Merci LucifeR pour les paroles, maintenant je peux apprendre la chanson par coeur ! Je vais pouvoir faire des "Oh rinky, tinky tinky !" en folie en cours de philo :p

Quand à l'écriture, je l'ai bel et bien reprise ! Pour l'instant, j'ai fini Une dette au Château de l'Infini (une fanfiction sur le manga Get Backers), je dis bien "pour l'instant" car pour le dernier chapitre, il ne s'agit que d'une première version, je l'aime bien, mais je la trouve un peu courte, donc je vais voir si je ne peux pas en écrire une deuxième, et le choix de la fin de cette fic se fera en fonction du succès d'une des deux versions. Oui, je me complique la vie XD. C'est juste que la première n'est pas une happy end, la deuxième non plus mais sera quand même plus positive, enfin si j'y arrive... Non pas que ce soit un truc de déprimés, mais ce n'est pas non plus le pays des Bisounours quoi ! 

Kyuuketsuki avance petit à petit, celui-là je me le garde pour après les vacances. Maintenant que le bac blanc est passé et que tout ce qui concerne les facs que je souhaite intégrer est réglé, je n'ai plus trop de stresse et donc mon once tend à revenir me hanter. Ce qui est somme toute ce que je souhaite le plus en ce moment. Quelle revienne pour ne plus me quitter pendant un certain moment.

Pour le moment, c'est un peu "ça s'en va et ça revient..." (c'est fait de tout petit riens !). Il y a des jours avec et des jours sans, comme dirait mon frère. Le résultats en est que pour Croisière que je devais terminer pour les vacances, il ne me reste plus que 4 jours,  tardera à paraître... Je reste bloquée au chapitre 8 où le scénario est enfin posé comme il se doit. Mais un coup ça me plaît, un coup ça me plaît pas. Alors forcément je n'avance pas vite, j'efface tout et je recommence. Honnêtement, recommencer n'était pas forcément la meilleure idée, j'aurais mieux fait de continuer de jouer aux POG. Ce n'est pas productif, mais au moins avec ça j'efface rien, j'ai juste tendance à faire rouler le kini dans tout l'appartement de Laurie-Anne XD. 

 

Ah oui. Samedi dernier quand Onee-chan est venue dormir à la maison, avec  Nico on ressassait nos joies de l'enfance. Enfin, surtout nos jeux de récréation : élastique, corde à sauter, jouer au loup (ou au chat selon les régions), à la balle au prisonnier, la marelle, aux Barbies, "fille attrape garçon" (ou inversement... ah là là le meilleur plan drague, bref), au crocodile, chat perché, cache-cache-perché, épervier, gendarme et au voleur... Et bien sûr les grandes modes : les billes, les POG et les cartes Pokémon. Alors pour les billes, forcément on est aller chercher mes billes rangées au grenier. Ben pour s'y remettre c'était pas évidant. Champions étant petits et quelques années plus tard nous sommes de vraies quiches. Mais plus autant après 30 minutes d'acharnement (dont 10 pour moi à chercher les billes dans ma chambre...) à retrouver comment viser juste, la technique de la mort qui tue, la technique de l'oeil de chat (j'étais la seule sur les trois à savoir la faire... mouahahah, j'ai pas l'oeil du tigre mais presque XD). Oh, et bien sûr en parlant des billes je me suis souvenue des billes dites "chinoises", pour ceux qui ne s'en souviennent pas, je parle des billes toutes plates que l'on peut trouver au fond des acquarium... Et oui, quand on est petit on a plein d'imagination ! Ou tout du moins ça pouvait se vérifier à notre époque. Ah ! Les belles années 90' avec ces joggins fluos... pardon je m'égare, moi aussi je voulais oublier, pardon, pardon... XD

 

800px-Pog_Collection

 

Roulement de tambours... A présent parlons des POG ! Ces merveilleux disques de carton avec un homme préhistorique hawaïen dessus. Enfin ça c'était pour les officiels. Oui, il y avait les vrais et les faux POG. Comment reconnaître le vrai du faux ? C'est simple, les vrais et fabuleux POG possèdaient une face avec une zolie n'image et sur l'autre en général était écrit en gros "POG" ou bien le nombre de points de ce POG et bien sûr, était imprimé son numéro. Détail très important que l'on ne comprenait pas étant gosse parce qu'on s'en foutait, tout ce qui comptait c'était le plaisir de renverser la pile de disques de cartons et d'en retourner un maximum. Quel plaisir que de retourner tout un tas de POG Indiana Johns avec les points derrière (qu'on ne comptait jamais), les Sonic phosphorescant, les Spider Man vachement dur à retourner sans un lourd kini... Que du bonheur. Bon, pour les faux POG, genre pour ne pas citer les POG McDo' avec Ronald McDonald dessus et rien derrière, non seulement il était moche mais en plus de mauvaise qualité. Bref. Mais il y avait aussi les superbes kinis. Vous savez, ces espèces de méga POG en plastique, bien plus épais que leurs confrères cartonneux, avec lesquels on dégommait les dits confrères ? ça, ça se collectionnait. Faites une recherche dans google ça vous rafraîchira la mémoire ! Il y avait les beaux kinis, noirs avec le dessin d'une couleur métalique, j'adorais le noir avec le serpent rouge que je piquais tout le temps à mon frère ! Du coup à force de parler et de parler de POG, 'Nee-chan pendant son déménagement a remis la patte sur sa réserve de POG. Mardi matin je passe lui faire un petit coucou. Petit coucou qui dura environ une heure et demi. Toutes deux assises par terre en train de lancer un kini Pochaontas pour Laurie-Anne, Dragon Ball Z pour moi, sur un tas de POG qu'on ne heurtait pas forcément à chaque coup XD, on a pas vu le temps passer ! 

 

KINI+DEGOMMEUR+SLAMMER+CAPS

 

Ce n'était là qu'un entraînement, la véritable épreuve sera vendredi soir. 'Nee-chan revient dodoter à la maison, elle ramène ses POG et notre but est de laminer Nicolas. Nyark. On vaincra.

Sinon il y a aussi eu les Pokémon. Enfin je veux parler de la mode des cartes Pokémon. J'avais essayer d'en faire collection, mais ça commençait à me faire cher et les chewing gun offerts avec les paquets de cartes n'étaient pas bons alors j'ai vite arrêter. Mais j'en avais pas mal. Je ne savais pas du tout jouer aux cartes, et d'ailleurs je ne sais toujours pas comment on fait mais bon je ne pense pas louper grand chose, mais ma spécialité était le troque. Les échanges de cartes, ça c'était mon truc (et après je me demande ce que je fais en terminale ES...). Bon, j'avoue, j'ai roulé quelques personnes... Mais j'avais fait de bonnes affaires ! Et puis avec moi ça se passait toujours pacifiquement. Pas comme avec d'autres. Je me souviens que dans mon école primaire des garçons s'étaient bagarrés pour une carte. Oui, pour une simple carte. Franchement y'a que les mecs pour faire ça. Du coup le "jeu" a été interdit dans l'école... et mon investissement tombait à l'eau. Buh. Bon, je m'en suis remise très vite et j'ai repris mes billes. Oui du coup on s'est tous relancé sur des valeurs plus sûres même si on changeait presque tous les jours les règles histoire d'innover, comme avec les POG. Ouais, on restait malgré tout inventifs.

Je crois bien qu'à part avec les Pokémons, on gardait toujours un semblant d'imagination. Dites, ça ne vous fait pas mal au coeur de voir à présent ces pauvres gosses de primaires, et de collège aussi, "s'amuser" avec des consoles de jeux vidéos qui créaient tout à leur place ? Mais où sont passées ces heures de recherches à créer un monde imaginaire où Gonzag est un pélican, Théo une tortue, Mathilde une panthère et Fabien le rhino ? Ben nan, y'a pu. Maintenant Asad et Solène jouent à Yu-Gi-Oh, Thierry et Marjorie sont scotchés à leur Nintendo DS et les sans-amis à leur Tamagochi méga-super-évolué-du-troisième-millénaire ou à une DS avec "Elodie passion chevaux/bébés/chiens/chats/ver-de-terre ou tout ce que vous voulez. Autant avant on utilisait un foulard pour Colamaillar (non c'est pas parce que j'y jouais que je sais comment ça s'écrit) quand les enfants d'aujourd'hui s'étranglent avec pour le fun. Non mais quelle décadence !

 

pog-fire-sticks

23:27 Écrit par Marion dans Général | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |

Commentaires

! Quand même, Barbie c'est une s*lope !

"Oh le ptit c*nnard!"

XD

Et ben on s'en souviendra de cette aprèm, surtout la carpette et la baie vitrée !

Chu mon double ! x3

Écrit par : Lolotte | 05/03/2008

On peut en savoir plus sur quelqu'un en une heure de jeu qu'en une année de conversation.
- Platon -

L'ART est un jeu et non un devoir ...

Je suppose que tu te diriges vers une "fac" de journalisme - de langue peut-être ?
Je serais curieuse et heureuse de lire tes écrits, nouvelles, contes, romans, bd, fables ou autres car en ce qui concerne l'imagination, tu en as à revendre ...
Félicitations.
Il est certain que l'homme actuel (jeune et moins jeune) nourrit son cerveau à 95 % d'une nourriture virtuelle et que son imagination est passive voire morte - quel dommage ^^
Sinon dans ta liste de jeux, tu as oublié :
Jacques à dit - 1 2 3 soleil ^^ et le colin-maillard, jeu dans lequel un des joueurs a les "yeux bandés" doit poursuivre les autres à "tâtons" j'ai pas dit "têtons" voyons ohhh lol tous ces esprits mals tournés ^^
c'est pas vrai "chat" alors !!!
Donc, je disais le jeu colin-maillard qui s'orthographie comme le "poisson" ou l'"oiseau" pour "colin" mais finalement, on s'en soucie comme de colin-tampon, mais bon ...
Bref, garde bien tes pogs, billes, cartes pour en faire profiter la génération future ...

Bon week-end !
Bonne lecture !
Biz.

P.S. : le "rdv" chez le médecin s'est-il bien passé ?
Pas trop angoissée ?

Écrit par : une lectrice | 07/03/2008

:p Merci une lectrice !
Pour le médecin, j'y suis enfin allée et ça s'est bien passé... Résultat une année de piqûres ! J'ai trois vaccins à faire et une prise de sang mercredi matin.
Que du bonheur.
Sinon, je compte intégrer une fac de langue, bien vu ! ;p Je souhaite faire LEA (Anglais-Japonais à Paris VII ou Anglais-Italien à Paris IV).
Aussi, je pourrais peut-être poster certains de mes écrits pour que tu puisses les découvrir, en même temps que les autres visiteurs bien sûr. Warning : YAOI ! (yaoi=relation entre deux hommes) Etant yaoiste je n'écris pratiquement que ça... Oui, pratiquement car j'ai quand même un ou deux trucs avec des couples hétéros (et oui comme quoi tout est possible, tout est réalisable, c'est le jeu de la vie !). A la limite si ta curiosité de pique dès maintenant, tu peux faire un tour sur le site Scalpels and Fangs dont le lien se trouve dans la colonne des liens (logique hein ? XD). Bon par contre je préviens tout de suite... Ce sont de vieilles fanfictions qui dattent de deux-trois ans bientôt, c'étaient les premières et j'écrivais vraiment mal... Les prochains chapitre à paraître étant plus récents sont un peu mieux =w=.

Sur ce, bisouille et bon week-end à toi aussi !

P.S. : mais comment ai-je pu oublier Jacques a dit et 1 2 3 soleil ? Qu'est-ce que j'ai pu rire avec ces jeux... Etourdie je perdais souvent à Jacques a dit et maladroite je ne tenais pas plus de deux secondes immobile pour 1 2 3 Soleil XD. Et oui, boulette un jour, boulette toujours !

Écrit par : Mairon | 07/03/2008

Oops ! Et en plus il faut que je bug pour signer mon commentaire... Quand je dis que je suis une boulette... !

Écrit par : Marion | 07/03/2008

*** Tout est possible, tout est réalisable, c'est le jeu de la vie et de l'envie et oui ^^

Désensibilisation totale ?!
Courage !

Le yaoïsme ?!
J'adhère pas ^^
Mais si tu pouvais quand même écrire, pour ma culture personnelle, et celle des autres visiteurs, un chtit exposé/récapitulatif pas en japonais please merci sur le "comment", "le pourquoi", de cette "attirance" pour ce "mouvement" ?!

C'est toujours intéressant de comprendre ce qui fait que l'on soit attiré par tel ou telle mouvement, croyance, religion, culture, individus etc ...

Il paraît que des goûts et des couleurs, il ne faut point discuter ... c'est pas interdit d'écrire !

Saperlipopette, boulette 1 jour, génie toujours ^^

1 2 3 soleil ! t'as bougé -
Jacques à dit : Dans la vie, il faut rire, chanter, danser, aimer, créer, jouer ouais et baloo à dit :
Il en faut peu pour être heureux ^^

Happy end à la bisounours avec ou sans élastique.

Bizouilles
Bonne vie à tous.

Écrit par : une lectrice | 07/03/2008

<°)))))))))<< Le terme Yaoi (en japonais やおい, Yaoi?) désigne le sous-genre des mangas et animes le plus souvent pour filles dans lesquels l'intrigue est centrée autour d'une relation homosexuelle entre personnages masculins, et comportant des scènes sexuelles.

Le Yaoi est en fait l'acronyme de [ヤマなし、オチなし、意味なし」yama nashi, ochi nashi, imi nashi :

"Pas de montagne ! pas de chute ! pas d'histoire"

À l'origine le terme fut inventé pour désigner des dōjinshis (mangas utilisants des personnages non-originaux, le plus souvent dessinés par des amateurs) comportant des scènes érotiques entre personnages masculins issus de mangas, de séries animées ou de jeux vidéo populaires (Saint Seiya, Captain Tsubasa, Gundam Wing, Final Fantasy VII, etc.).

La popularité des histoires mettant en scène des couples homosexuels, avec ou sans graphisme sexuel, n'a été que grandissante parmi le public féminin japonais. Avait suivi une production d'œuvres originales réalisées par des auteurs professionnels : c'est la naissance du manga yaoi à part entière.

Si « yaoi » ne désigne au Japon que la portion des œuvres ayant un contenu sexuel, le terme est aujourd'hui souvent utilisé par les fans occidentaux par abus comme un terme général pour désigner toute forme de romance entre deux hommes, même si elle est uniquement suggérée.

Il ne faut pas confondre le *yaoi* avec le *yuri* (relations homosexuelles entre femmes).


Le terme moderne utilisé par les maisons d'éditions japonaises pour catégoriser les œuvres commerciales ayant pour intrigue une romance entre hommes et destinées à un public féminin est Boy's Love (BL).

On retrouve aussi encore le terme désuet shōnen-ai que les fans occidentaux utilisent pour désigner une romance homosexuelle sans relation sexuelle dessinée. Le Yaoi est alors le pendant du shōnen-ai, un sous-genre du BL, désignant le reste des œuvres au contenu 'adulte'.

Au Japon, shōnen-ai était utilisé dans les années 1970 à 80 pour désigner des œuvres comme le Kaze to ki no uta de Keiko Takemiya ou Toma no shinzo de Moto Hagio et qui dépeignaient des relations romantiques tragiques entre jeunes garçons.

Aujourd'hui, et toujours au Japon, le terme désigne des relations sexuelles entre garçons ou jeunes hommes.

Le terme shota désigne des œuvres dépeignant des relations, platoniques ou non, entre des hommes adultes et des enfants (souvent des garçons) ou entre des mineurs de moins de 16 ans : Cela peut donc être apparenté ou non à de la pédophilie.
C'est pourquoi la plus grande précaution est à prendre quand on parle de shota. Par exemple, certaines fanfictions écrites à partir d'Harry Potter (avant la fin de la 6e année des personnages) et la plupart de celles écrites sur Gundam Wing sont du shota.

D'autres termes ont étés en usage par le passé (June, Tanbi) mais sont tombés en désuétude depuis.

Le BL en général et le Yaoi en particulier sont destinés en principe à un public féminin.

Ces œuvres sont écrites par des femmes et pour des femmes, si bien qu'elles mettent en scène les fantaisies féminines et les fantasmes projetés par des femmes sur les univers homosexuels masculins. La relation homosexuelle dépeinte, sentimentale et physique, obéit en effet largement aux codes et aux critères hétérosexuels constatés dans la réalité.

On y retrouve souvent un modèle du couple homme-femme, selon une rhétorique basique, avec un partenaire viril dominant (seme - du verbe semeru, dominer) et son amant efféminé et vulnérable à la psychologie toute féminine (uke - du verbe ukeru, recevoir).

De par sa définition d'œuvre à caractère sexuel, on croit abusivement que le Yaoi n'est qu'une simple œuvre pornographique centrée sur le sexe, rien de plus que du hentai ou pornographie pour fille. Les mangas, romans et animes yaoi offrent en fait un vaste panel de genres, de la comédie à la science-fiction, des robots géants à la romance de collégiens, avec en général de longues et complexes intrigues. L'acte sexuel y apparaît le plus souvent comme un acte d'amour, la romance servant toujours de toile de fond principale. Nombre de mangas yaoi sont même peu explicites. On notera d'ailleurs la tendance à ne pas dessiner les organes génitaux, même dans des anime yaoi très axés sur les relations intimes. Il n'y a guère que les dōjinshis yaoi cités précédemment qui minimisent l'intrigue au profit de l'acte sexuel.

Le marché des œuvres Yaoi s'est énormément développé ces dernières années et touche un public de plus en plus large, au Japon comme à l'étranger.

De nombreux shōjo mangas incluent des éléments BL, comme des relations ambiguës entre personnages masculins secondaires, sans pour autant en faire leur intrigue principale. Voir par exemple des œuvres telles que Angel sanctuary, Cardcaptor Sakura, X, Tsubasa Reservoir Chronicle ou Ouran High School Host Club, s'adressant à un large public.

De la même façon que des artistes amateurs ont détourné les personnages de leurs séries favorites pour écrire et dessiner des dōjinshis yaoi, des fans du monde entier ont adhéré à cette subversion appelée désormais Slash (nommé d'après la barre oblique appelée 'slash' en anglais, utilisée pour séparer les noms de deux personnages que les fans mettent en couple). Le Slash reprend le principe d'utilisation des personnages d'une œuvre et de les mettre en scène dans une relation homosexuelle, peu importe leur orientation dans l'œuvre d'origine. Une telle pratique s'exerce artistiquement dans les œuvres écrites dites fanfictions ou graphiques dites fanarts. Il n'est pas rare de voir confondus Slash et Yaoi dans les fanfictions et fanarts à caractère sexuel.

La seule convention entièrement centrée autour du BL en général et du Yaoi en particulier est la Yaoi-Con qui se tient tous les ans à San Francisco, et réunit des fans de tous les États-Unis (où le BL est le plus porteur) et du monde. Cette convention est destinée aux adultes et l'âge d'entrée minimal est 18 ans.

Au noter qu'au Japon de très nombreux events organisés par des fans permettent aux cercles de vendre des doujinshis Yaoi. Ces conventions sont toutefois en général assez discrètes (sur invitation seulement pour certaines d'entre elles).

Collection :

Yahoï Collection de Tonkam
Boy's love de tonkam
Okama puis Boy's love de Taifu Comics
Boy's love d'Asuka
Mangas:

Zetsuai 1989 de Minami Ozaki
Fake de Sanami Matoh
Kizuna de Kazuma Kodaka
Love Mode de Shimizu Yuki
Le jeu du chat et de la souris de Setona Mizushiro
l'oeuvre de Gengoroh Tagame
Gravitation (manga) de Maki Murakami
Color (manga) de Eiki Eiki et Taishi Zao(pseudo de Mikiyo Tsuda)
Gakuen Heaven
Animes:

Ai no kusabi
Haru wo daiteita
Sensitive Pornograph
Level C
Gravitation (anime)
Okane Ga nai

BL
Yuri
Homosexualité dans la bande dessinée
Slash
Dōjinshi

En anglais:

Aestheticism : Critiques, vocabulaire, boutique de vente en ligne
Yaoi-con : Site officiel de la Yaoi-Con

<°)))<<
<°)))<<

Signé : une lectrice kokopelliste.

BizzZouilles.
Merci Wikipédia.

Écrit par : wikipédia | 01/04/2008

Est-ce que vous vendez les pogs et les slammers ?
Si c'est le cas, je recherche les pogs DBZ et du Roi Lion.
Dans la photo des slammers les 2 du Roi lion m'intéressent.
J'attends votre réponse !

Écrit par : Fiore | 22/09/2011

Les commentaires sont fermés.